L'équitation à la française, à l'allemenade, les grands maitres, les grandes théories... rien à  faire j'aime à lire et j'admire certains de ces maitres, mais c'est curieux comme je constate qu'au fil de ma relation avec Danha je m'éloige de toutes ces préocupations.

Il n'est plus pour l'heure tellement question de technique, ça va bien au delà.

P1060156Je suis avec elle à la recherche de communication et de compréhension, j'établis la confiance entre nous, pas simplement une confiance affective, elle a déjà tout cela depuis longtemps de ma part. Non il faut que ce sentiment soit suffisament entier et puissant pour qu'il parvienne à dominer mon corps, ses appréhensions " réflexes" et ses contractions défense. La confiance ne peut que passer par là, pour que nous soyons liées sans plus de heurts.

J'analyse lors de séances de longues renes, lorsque la communication entre nous se résume à ma voix et le contact de ma main au fil de sa bouche. Je constate combien parfois la compréhension devient essentielle, combien Danha peut se livrer le plus simplement du monde sans que mon corps ne parasite sa bonne volonté avérée. Je vois combien mes actions parfois trop fortes influencent sur elle, les effets néfastes de trop d'empressement ou de trop de fermeté, tout n'est qu'une question de légèreté dosée.

Elle réagit et parfois anticipe au point que j'en viens à me demander s'il n'y a pas une transmission de pensée qui pourrait exister! C'est un rêve d'enfant que parfois je cajole, même si je sais pertinement qu'il n'en est rien, elle a simplement une sensibilité telle que la moindre petite contraction qui précède ma demande, lorsque mon esprit se dit "faisons cela" et que mon corps inconsciement se prépare à placer l'action, la belle comprend et réagit immédiatement. Ce n'est pas de l'anticipation, même si cela peut parfois agacer, non il s'agit simplement d'un cheval disponible à chaque demande aussi fine soit elle.

Le plus difficile est parfois d'accepter que les erreurs viennent dans la majorité des cas de moi, d'un mauvais dosage, d'un corps que la vie rend moins souple et disponible que celui de ma belle. Je l'écris aussi pour m'en souvenir, car je ne sait par quelle magie, mes pensées fugitives s'encrent à jamais dans mon esprit du jour où elles sont matérialisées par des mots.